ninfosman

Censure de deux photographes par la police à Lyon

La ville franco-chinoise de Lyon regorge de facéties démocratiques orchestrées par la police. Après avoir soulevé l’histoire du blogueur Guillaume De Thomas, en voici une nouvelle, qui fait peut-être encore plus froid dans le dos.

La semaine dernière, deux journalistes ont été empêchés de travailler par des CRS et des policiers de la ville de Lyon. Les deux photographes étaient venus prendre des photos d’un rassemblement lycéen.

Le premier, Jean-Philippe Ksiazek (photo ci-dessus), a été victime d’une clé de bras de la part d’un policier alors qu’il prenait des photos.

Le second, Frédéric Dufour, s’est retrouvé bloqué contre un mur matraque sous le coup. Son appareil photo a été subtilisé et ses photos effacées. Les CRS et policiers ne voulaient semble t’il pas que la charge sur les lycéens soit dévoilée aux différents médias…

Pour l’intersyndicale de l’AFP, il s’agit d’un “acte de censure intolérable dans une démocratie” et “n’est que le reflet d’une volonté, au plus haut niveau, d’étouffer les mouvements sociaux et leur retransmission dans les médias”.

Ils ont quoi dans le citron ces CRS / policiers ? Si même en France on commence à en arriver là…

ninfosman, le 23 décembre 2008

Tu as la possibilité de nous suivre via RSS Feed !

  1. Y en a assez d”attaquer systématiquement la police. heureusement qu’elle est là pour protéger les honêtes gens.

  2. Comme le souligne Ninfosman, c’est plus la volonté des décideurs qui est remise en doute, celle d’étoufer médiatiquement les moyens de répréssion mis en place. Les flics ne sont dans cette histoire que des gars qui font leur boulot: obéïr aux ordres des supérieurs. Heureusement que la police est là, tant qu’elle PROTEGE, comme tu le dis si bien Lucien, mais là, ca ressemble tout de même plus à une police politique qu’à une police d’interêt public.

  3. C’est sûr qu’une clé de bras ça protège .
    Et heureusement qu’il y a encore des gens pour foutre des matraques sous le cou.

    On se sent bien en démocratie.

  4. Pour commencer les deux policiers sur la photo ne sont pas CRS, enfin sa revient au même c’est juste un petite précision.
    C’est pas géniale comme procédé mais faut voire quel utilisation les médias font de leurs images, ils ne s’intéressent qu’aux charges effectuées par la police et jamais aux heures qui ont précédé ces charges et qui très souvent les justifie pleinement.