ninfosman

Video du reportage d’Envoyé Spécial sur Facebook de France 2

Jeudi 4 novembre, Envoyé Spécial a diffusé un reportage sur Facebook et Mark Zuckerberg, le jeune créateur de ce site internet communautaire.

Ce reportage est destiné, avant tout, aux non ou peu initiés, mais attention : il a créé une véritable polémique dans la communauté des habitués qui critiquent clairement son approche sensationnelle en occultant tout un tas d’éléments intéressants mais moins porteurs “journalistiquement” parlant. Malgré le fait que je sois l’un des premiers à dénoncer ce choix éditorial, ce reportage n’en reste pas moins instructif.

J’en profite pour vous conseiller de passer par ici pour connaitre l’opinion des habitués du web sur ce reportage. Lisez aussi les commentaires, c’est parfois intéressant !

ninfosman, le 6 décembre 2008

Tu as la possibilité de nous suivre via RSS Feed !

  1. Je ne crois pas vraiment à la notion d’amitié développée sur FACEBOOK, et pour illustrer ma pensée je citerai une chronique sur l’humanité, que Pierre Desproges sépare entre les amis, les copains, les relations et enfin les gens qu’on ne connaît pas.

    “La caractéristique principale d’un ami est sa capacité à vous décevoir. Certes, on peut être légèrement déçu par la gauche ou par les performances de l’AS Saint-Etienne, mais la déception profonde, la vraie, celle qui peut vous faire oublier le goût des grands Saint-Emilion, ne peut venir que d’un véritable ami. [...]

    Les copains se comptent sur les doigts de la déesse Vishnou qui pouvait faire la vaiselle en applaudissant le crépuscule. Ils déçoivent peu car on en attend moins, mais c’est quand même important qu’ils pensent au saucisson quand le temps se remet aux déjeuners sur l’herbe (…).
    Les relations se comptent sur les doigts des choeurs de l’Armée rouge. Mais on sera bienvenu de n’entretenir que les bonnes, celles sur lesquelles on peut s’appuyer dans risquer de tomber par terre. [...]

    Les gens qu’on ne connaît pas, les doigts nous manquent pour les compter. D’ailleurs ils ne comptent pas. Il peut bien s’en massacrer, s’en engloutir, s’en génocider des mille et des cents chaque jour que Dieu fait (avec la rigueur et la grande bonté qui l’ont rendu célèbre jusqu’à Lambaréné), il peut bien s’en tronçonner des wagons entiers, les gens qu’on connaît pas, on s’en fout.

    Le jour où FACEBOOK sera le moteur d’une révolution politique efficace, et non une source d’informations personnelles tendant à se retourner contre ses utilisateurs, alors je m’inclinerai, mais vous et moi savons bien que c’est quasi utopique d’utiliser ce support comme moyen de changer ce pays, pour qu’il redevienne le NOTRE et que chacun trouve sa place sur le portrait de famille national, même nos amis les “gens du voyage “.